Vish Puri, Un privé en Inde

Un privé en Inde : La série Vish Puri

De retour de Compostelle, alors que les kilomètres défilent sous les roues du car qui me ramène vers Paris, je me plonge dans la lecture d’un polar qui devrait m’aider à passer le temps. La série Vish Puri c’est le pari gagnant de l’auteur et journaliste britannique Tarqui Hall. Il utilise sa parfaite connaissance de l’Inde pour distiller les enquêtes d’un détective pas tout à fait comme les autres.

En un coup d’œil

Tarquin Hall a passé une bonne partie de son existence en Inde. Depuis quelques années, cet auteur journaliste s’est mis en tête de rédiger des romans policiers.

Chaque enquête fait intervenir un détective privé, imbu de lui-même, gras, extrêmement coquet avec une casquette vissé sur la tête et grand amateur de piments très forts. Son nom ? Vish Puri. Son job ? Résoudre des enquêtes difficiles et bizarres. Voilà le pari de Tarquin Hall ! Force est de constater qu’il est fichtrement doué pour remplir son contrat. En prenant chaque volume en main, on est en partance pour Delhi, son ambiance et ses coutumes colorées.

Ces polars se lisent sans faim, avec une certaine délectation tant les détails sont précis et vivants. Les connaissances de l’auteur sur le système politico-judiciaire, sur le mode de vie et la cuisine indienne nous transportent vraiment. Son passé dans la presse internationale le rend impartial. Il dépeint sans peine les bons et mauvais côtés de cette Inde nouvelle, en pleine mutation.

L’auteur

Tarquin Hall (c) Tarquin HallTarquin Hall est né à Londres en 1969, d’un père anglais et d’une mère américaine. Des origines internationales qui vont peut-être conditionner son destin. Très tôt, le jeune Tarquin devient vite un globe-trotter expérimenté.

Journaliste et Grand Reporter, Tarquin Hall a résidé et voyagé aux États-Unis, en Inde au Pakistan, au Kenya et en Turquie. Il connaît donc particulièrement bien l’Afrique, le Moyen-Orient et surtout l’Asie du Sud. Ses nombreux comptes rendus télévisés illustrent les conflits et les figures marquantes des régions où il vécut. À New Delhi, Tarquin Hall a été chef de bureau pour l’agence Associated Press TV.

Marié à une Indienne, Hall possède une maîtrise approfondie des coutumes et du mode de vie indien. Ce qui l’a conduit à créer le personnage de Vish Puri, un détective au caractère détestable et à l’égo surdimensionné.

Dans cette série de romans policiers, Tarquin Hall manie l’humour et le bistouri. Sans faux-semblants, il décrit les méandres de la société indienne. Il dénonce les défaillances du système judiciaire et soulève un problème de corruption généralisée. Avec un souci plus sociologique, il révèle la condition des employés de maison et la violence qui en découle.

Comme pour la trilogie Yeruldelgger, les différents volumes des aventures de Vish Puri permettent de comprendre un peu mieux un pays que l’on croit connaître, mais dont nous ignorons presque tout.

Pour en savoir plus sur l’auteur, n’hésitez pas à visiter le site officiel de Tarquin Hall

Le pitch

Cette série de romans se déguste comme un plat indien. Il en possède tous les ingrédients. D’abord, Tarquin Hall rédige avec une plume pleine de délicatesse et de saveur. Le ton se montre subtil et généreux, l’humour plus piquant qu’un “chicken vindaloo“.

Vish Puri dirige une agence de détectives privés où il a affublé chaque membre d’un surnom évocateur, pittoresque et extravagant. Patron au tempérament bien trempé, il excelle dans le dénouement des affaires qui lui sont confiées.

Très vite, on rencontre “Tubelight”, le pickpocket reconverti dont les compétences pointues et originales permettent de forcer toutes les serrures et d’ouvrir les coffres-forts les mieux protégés…

Puis, voici un ancien agent des services secrets indiens. “Flush” se débrouille en électronique et est un geek de premier plan, capable de résoudre les plus délicats problèmes informatiques.

Mon personnage préféré demeure “Facecream”, le roi du déguisement qui peut changer d’apparence et endosser toutes sortes d’identités. Utile pour la filature ou les missions d’infiltrations.

Le petit plus apporté aux romans : À la fin de chaque histoire, un glossaire accompagne le récit afin de faciliter l’approche de la culture indienne.

Dans la version française éditée chez 10-18, on trouve même une carte de l’inde et un plan succinct de Delhi.

Ce qui n’engage que moi

L’homme qui exauce les vœux

Tarquin Hall - 0-18 - L'homme qui exauce les vœux

À la demande d’un père suspicieux, Vish Puri mène une investigation prénuptiale. Il positionne ses équipiers dans la famille du futur époux pour surveiller de près ce qui pourrait compromettre son éventuel gendre.

De son côté, le détective se rendra à Jaipur pour suivre le procès de son nouveau client. Un avocat accusé du meurtre d’une de ses domestiques.

Mon avis : Je me suis très vite plongé dans les enquêtes que le privé mène de front. Il n’y a pas de temps morts, et les épilogues sont surprenants.

L’homme qui exauce les voeux

Format : Poche – 320 pages
Éditeur : 10-18 (4 juin 2009)
Langue : Français
EAN : 978-2264047618
Dimensions : 11 x 17 cm

Temps de lecture : 4 à 7 heures
On est vite pris par l’ambiance, mais je recommande quand même un emplacement au calme pour lire ce récit.

Le chasseur de Gourous

Tarquin Hall - Le chasseur de gourous

Un mathématicien se fait assassiner dans d’étranges circonstances. Ce serait Shiva, la déesse de la destruction, qui lui aurait ôté la vie. Il faut dire que le docteur Suresh Jha s’est fait un nom en dénonçant les arnaques des charlatans et autres faiseurs de miracles. Une activité qui lui a valu un grand nombre d’ennemis.

C’est sur cette base que l’enquête de Vish Puri démarre, appelé à l’aide par l’inspecteur Singh. Une enquête complexe dans une Inde mystérieuse et corrompue.

Mon avis : Nous voici de nouveau plongés dans l’univers de Vish Puri. Ce polar est mieux construit que le précédent. La complexité des investigations ne m’a pas emballé dès le début. Il m’a fallu un peu de temps pour me plonger dans l’histoire. Mais une fois dans le bain, impossible d’en sortir.

Le chasseur de Gourous

Format : Poche – 352 pages
Éditeur : 10-18 (18 novembre 2010)
Langue : Français
EAN : 978-2264047625
Dimensions : 11 x 17 cm

Temps de lecture : 4 à 7 heures
Je n’ai pas été pris de suite par l’histoire, mais une fois l’enquête lancée, il est difficile de décrocher de ce second polar de la série. À lire à l’hôtel ou dans un endroit pas trop bruyant.

La suite en anglais

Un privé en Inde - Vish Puri (c) Alain DemaretLa série d’enquêtes du privé en Inde se poursuit dans la série Vish Puri. Malheureusement, ces titres ne sont pas disponibles en français. Néanmoins, un lecteur qui a de bonnes notions scolaires d’anglais devrait pouvoir en apprécier la lecture. D’autant plus qu’un lexique des mots hindi se trouve à la fin de l’ouvrage, comme pour les volumes en français.

 

Suivez-moi
Les derniers articles par Alain (tout voir)
Un privé en Inde : La série Vish Puri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.