Yeruldelgger, un flic en Mongolie

Un polar en Mongolie, la trilogie Yeruldelgger

Un polar en Mongolie. La trilogie Yeruldelgger se dévore en quelque jours. Ce polar est venu à moi alors que je préparais mon voyage en Mongolie.

En un coup d’œil

Quand on s’appelle Patrick Manoukian, quelle bonne idée que de choisir le pseudonyme de Ian Manook pour écrire des polars. À ma grande surprise, il réussit à mêler les ingrédients du genre en les conjuguant aux traditions et tiraillements du peuple mongol.

La Mongolie pour théâtre

Donc, en avant pour le pitch. Ce n’est pas commun, les aventures policières du commissaire Yeruldelgger se déroulent en Mongolie. On y voyage de la capitale qui a subi cinquante années d’influences communistes, Oulan Bator, jusque dans les steppes reculées en passant aussi par la Russie. Le lecteur apprendra l’existence d’une ville belle et bien vivante, mais qui n’a aucune réalité officielle. Je l’ai cherchée sur Google Map et surprise, ce lieu apparaît bel et bien sur la carte.

L’histoire commence avec la découverte du cadavre d’une fillette européenne, enterrée vivante avec son tricycle dans les territoires sillonnés par les nomades. Le jeu se complique quand l’exécution de trois Chinois et de deux jeunes prostituées mongoles est perpétrée dans d’atroces circonstances dans la capitale. Les deux affaires semblent bien différentes, et pourtant…

La trilogie Yeruldegger, en mode nomade (c) Tengis Galamez [Unsplash]

Sur un fond d’avidité et de corruption, l’auteur nous décrit la lente descente aux enfers d’un policier au bout du rouleau et qui n’est déjà plus de son temps.

Des caractères coupés au couteau

Le caractère de chaque personnage se dessine et évolue sous les yeux du lecteur. Manoukian/Manook réussit là une très belle performance pleine de cohérence et de réalisme.

Très vite on rencontre Yeruldelgger Khaltar Guichyguinnkhen. Ancien disciple de moines guerriers, il partage leurs techniques d’éveil et une grande habileté au combat corps à corps. Lorsque l’histoire débute, le policier est désabusé. Il ne se relève pas de la mort énigmatique de sa plus jeune fille, Kushi, cinq ans auparavant. Pire, il s’inquiète aussi pour l’état alarmant de sa relation avec sa fille aînée, Saraa. Une adolescente au comportement problématique et destructeur.

Et puis on trouve la séduisante et perspicace Oyun. Une jeune policière qui deviendra le bras droit du commissaire et qui le secondera au-delà de toute attente même dans les moments les plus sombres.

Ensuite voici le gamin des rues, Gantulga. Un gosse déjà presque’adulte dont les ressources incroyables vont à la fois aider et handicaper le dénouement de l’enquête.

J’ai adoré le calme, la patience et l’amour dont fait preuve Solongo, la médecin légiste, la maîtresse de Yeruldelgger.

Et n’oublions pas les méchants. Erdenbat, le beau-père de Yeruldelgger qui lui oppose un comportement particulièrement ambigu. Dans une histoire de corruption, les policiers se retrouvent aussi au cœur de l’action. Le supérieur de Yeruldelgger, Mickey, dirige les services de la capitale et se dispute la palme avec un certain Chuluum qui cache bien son jeu. Mais je dois rester discret sinon, je dénoue l’intrigue avant même que vous n’ayez commencé votre lecture.

Sachez simplement qu’il est question de gros sous, de pouvoir et de magouilles internationales.

La trilogie Yeruldelgger

La lecture de ces trois volumes est réjouissante à plus d’un titre. Yeruldelgger conduit son enquête, certes, mais grâce à lui, on pénètre dans l’intimité de ce peuple mongol qui a le cul entre deux chaises. Tiraillé entre un modernisme confortable, des traditions séculaires et un mode de vie nomade difficile à remplacer.

Mongolie, dans les montagnes de l'Altail (c) Bolatbek Gabiden Ogo [Unsplash]Grâce à Ian Manook, on entre littéralement dans les yourtes, on partage la cérémonie du thé au beurre salé et on mange la cuisine du pays, grasse, brûlante et riche de mille saveurs.

La trilogie Yeruldelgger trouverait plus de crédibilité sans de trop nombreux rebondissements improbables et une violence omniprésente. À un moment, l’équilibre est rompu et un (tout) petit effort est nécessaire pour aller plus loin. Néanmoins, l’ensemble demeure très prenant. On peut même le lire dans un endroit bruyant comme une gare, un aéroport, un bus bondé, car une fois les premières pages passées, on ne décolle plus du livre.

Personnellement, j’ai été conquis par le dépaysement dans lequel Ian Manook m’a entraîné. Un premier polar très bien disséqué et qui décuple mon envie de découvrir la Mongolie.

Ce qui n’engage que moi

manook, Ian - YeruldelggerMon avis sur Yeruldelgger : Personnellement, j’ai été conquis par le dépaysement dans lequel Ian Manook m’a entraîné. Un premier polar très bien disséqué et qui décuple mon envie de découvrir la Mongolie.

Format : Poche – 648 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (2 janvier 2015)
Langue : Français
EAN : 978-2253163886
Dimensions : 11 x 17,
Prix : 22,00 € pour le grand format chez Albin Michel et 8,90 € pour le format poche

 

Temps de lecture : 9 à 12 heures
Chaque roman de la trilogie Yeruldelgger est prenant et se lit facilement dans un bus.

Manook, Ian - Les Temps sauvagesMon avis sur Les Temps sauvages : De nouveau, je suis conquis par la plume de Patrick Manouquian, alias Ian Manook. Dans ce second volume des de la trilogie Yeruldelgger, il confirme sa maîtrise du suspens.

Format : Poche – 576 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30 mars2016)
Langue : Français
EAN : 978-2253112099
Dimensions : 11 x 17,
Prix : 22,00 € pour le grand format chez Albin Michel et 8,70 € pour le format poche

 

Temps de lecture : 8 à 10 heures
Chaque roman de la trilogie Yeruldelgger est prenant et se lit facilement dans une salle d’attente.

Manook, Ian - La Mort nomadeMon avis sur La Mort nomade : Et voilà une troisième enquête qui dénoue la terrible destinée de Yeruldelgger. Après les deux premiers volumes, cet épisode me semble plus abouti. Je referme le livre avec déjà un peu de nostalgie.

Format : Poche – 480 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (4 octobre 2017)
Langue : Français
EAN : 978-2253092766
Dimensions : 11 x 17,
Prix : 21,90 € pour le grand format chez Albin Michel et 8,70 € pour le format poche

 

Temps de lecture : 6 à 9 heures
Chaque roman de la trilogie Yeruldelgger est prenant et se lit facilement dans un train.

Récompenses

Le roman Yeruldelgger a reçu de nombreux prix :

Suivez-moi
Un polar en Mongolie, la trilogie Yeruldelgger

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.