Petite

Sarah Gysler l’aventurière a fait le tour du monde… fauchée

Sarah Gysler, l’aventurière fauchée a fait le tour du monde… sans argent. Son livre, sorti en juin 2019, m’a conquis. C’est un de ces ouvrages que l’on garde précieusement près de son cœur. Son récit me rappelle certaines des (més)aventures que j’ai vécues dans les années 80.

En un coup d’œil

Coup de coeurSarah Gysler a vécu son adolescence en mode survie. Après les diktats de la “Société”, le regard réprobateur de sa mère et les jugements de ses profs, la jeune femme Gysler décide de tout plaquer à 20 ans pour prendre la route. Sa destination, elle laisse décider le hasard. Une seule certitude, elle ira jusqu’à Berlin avec Anne-Sylvie, sa meilleure amie qui vient de terminer ses études. Et puis elle sera seule !

“Il y a quand même un caprice de millionnaire que je me suis autorisé : faire tournoyer un globe, fermer les yeux et le stopper de mon index pour choisir une destination. […] Mon doigt a pointé sur la Laponie, j’ai donc décidé de partir pour le Cap Nord”.
Sarah Gysler

Faire le tour du monde en étant fauchée aide à garder le sourire.L’aventurière fauchée surpasse ses peurs

Avec ce premier voyage, Sarah a surpassé ses peurs pour assouvir sa soif de liberté. “Seules 8% de nos peurs sont fondées… 8%, 8%, 8%…” Cette phrase sera sa bouée de sauvetage tout au long de ce premier périple européen. Très vite, cependant, Sarah constate qu’elle voyage dans un monde plutôt bienveillant. Mais elle va aussi se faire peur à en frôler la mort. À cette occasion, elle découvrira la bonté des gens, la gratuité de l’entraide, le plaisir du partage, l’ivresse d’une liberté qui se dévoile alors qu’elle n’en avait même pas rêvé. Ainsi, elle est allée à la rencontre du monde pour vivre en se moquant bien du regard des autres. Chacun des mots est posé délicatement sur le papier où il résonne comme une évidence.

“À vingt ans, j’ai arrêté d’écouter les gens et je suis partie. Seule, en stop et sans un sou en poche. J’ai traversé l’Europe jusqu’au Cap Nord, sans autre but que de ne pas pourrir chez moi. On peut dire que j’ai fui. C’était mon premier grand voyage. Dans ce livre, j’ai voulu raconter mes errances, mes chutes et comment la route m’a sauvée”, dit Sarah Gysler, l’aventurière fauchée.

Sarah Gysler, l'aventurière fauchée n'est jamais seule autour du monde.

Un mode de vie choisi et assumé

Une étape qui en ouvrira d’autres, de la Sibérie à la Mongolie en passant par une traversée de l’Atlantique. Sarah décide que le monde se parcourt et se découvre au fil des rencontres, de petits gestes, de sourires et d’éclats de rire. Elle en fera son mode de voyage “Quand je fais du Stop, j’estime que je rentabilise simplement un peu d’espace libre dans une voiture“, dit-elle

Ce qui n’engage que moi

Gysler, Sarah - Petite - L'aventurière fauchée - Ed. PocketMon avis : J’ai lu ce livre presque d’une traite. La première partie, un peu contraint et forcé parce que j’étais pressé d’arriver au départ de Sarah et Anne-Sylvie pour Berlin. Mais Sarah Gysler, l’aventurière fauchée a su écrire son livre pour parler à ses lecteurs. Son texte m’a vraiment parlé. Après des voyages avec les scouts, j’ai continué mes errances d’adolescent. J’ai pris mon sac à dos pour faire le fameux Paris – Istanbul vanté dans le Routard, puis Liège – Bordeaux à pied et enfin je suis allé jusqu’au Cercle Polaire, visiter le village du Père Noël, près de Rovaniemi, en Finlande. J’ai lu ce livre en éprouvant beaucoup de nostalgie et je me suis senti rajeunir de page en page. Alors si toi aussi tu as voyagé en stop, Sarah Gysler t’offre une vraie cure de jouvence.

Format : Poche – 176 pages
Éditeur : Éditions des Équateurs puis Pocket (6 juin 2019)
Langue : Français
ISBN-10 : 2266296434
EAN : 978-2266296434
Dimensions : 10 x 17
Prix : 18 € pour le grand format aux Éditions de l’Équateur et 6,50 € pour le format poche de Pocket (05-2020)

Lire en voyage

Temps de lecture : 5 à 7 heures
Le roman de Sarah Gysler se lit assez facilement dans un environnement bruyant. La dynamique de l’écriture et les péripéties sont assez prenantes pour rester concentrer dans l’histoire. À conseiller en bus, en train ou dans une salle d’attente animée.

 

(c) Les photos sont tirées de la page facebook de l’aventurière fauchée

blankblank

Suivre Sarah Gysler sur facebook… c’est par ici

Suivez-moi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.