La musique donne le rythme de la marche et allège la solitude

La musique donne le rythme et allège la solitude

En voyage, la musique offre de nombreux avantages. Elle permet de garder le rythme quand on marche de longues heures, de faire passer le temps dans les transports ou d’alléger la solitude lorsque l’on est dans un lieu isolé. 

En un coup d’œil

Je ne sais pas vous, mais moi, les rythmes entraînants de Philippe Lavil me rappellent presque tous des souvenirs de voyage. Pendant des années, l’interprète franco-antillais a été un compagnon de route des plus fidèles. J’écoutais Madonna et les tempos endiablés de Paula Abdul. Le rythme de ces musiques avait l’avantage de cadencer mon allure entre 5 et 6 kilomètres par heure. Ce qui n’est pas si mal hein ! Une cassette plus calme me permettait de me reposer ou de passer le temps. Encore aujourd’hui, j’abuse de cette technique pour avancer d’un pas régulier et abattre de belles distances.

Mon vieux walk man

Mon vieux Walkman PhilipsPlus d’une fois, j’ai voyagé sur un simple coup de tête, avec un peu, ou pas d’argent du tout. J’ai parcouru l’Europe en me laissant emporter au hasard des rencontres. Je me suis retrouvé en Espagne, en Turquie, en Finlande ou en Pologne. J’ai visité l’Allemagne assis à la droite de chauffeurs de camion qui voulaient bien d’un passager pour trouver leur job moins monotone. Mais toujours mon fidèle baladeur et ses cassettes audio étaient du voyage.

 

Je me souviens avec beaucoup de nostalgie de mon vieux walkman Philips et des deux ou trois cassettes de 90 minutes (45 minutes par face) que je baladais de pays en pays. L’horreur, c’est quand on n’avait plus de piles où que la bande s’enroulait dans le mécanisme. À l’époque, oui je suis vieux… il n’y avait pas de lecteurs MP3 avec 2.000 chansons ou de compte Spotify. On se baladait avec la même musique que l’on écoutait en boucle.

Du coeur à la marche

Il y a eu une nuit où j’ai été déposé sur la nationale, en Ardèche, vers 23h30. Heureusement, il faisait bon. C’était un embranchement à la sortie de Joyeuse. Devant moi, il y avait sept kilomètre, à pied, pour rejoindre Le Gars, un petit hameau où j’étais attendu depuis plusieurs heures. Pas de GSM pour prévenir, plus de bar ouvert pour téléphoner, pas de cabine publique et pas d’éclairage public non plus… Une fois de plus le chanteur antillais a allégé ma solitude et étouffé mes peurs lorsque je me suis retrouvé seul, à marcher dans la nuit noire.

Mon appareil avait aussi une radio FM. C’était pratique pour varier les styles sur une marche de plusieurs heures entre deux villes. Mais c’était vite frustrant quand on prenait le train ou que l’on roulait dans un bus et que l’on perdait la fréquence au bout de 50 km.

Le reigne de la cassette audio

Alors on revenait à la bonne vieille cassette. En bus, il m’est souvent arrivé d’échanger, le temps d’une étape, une de mes “tape” avec mon voisin de siège. Grâce à moi, Philippe Lavil est très connu à Poznań, à Turku et à l’université d’Oulu vous savez. Si, si !

J’ai ainsi découvert de nombreux groupes totalement improbables comme Noir Désir à leurs tous débuts en route vers Saint-Étienne. Il y a aussi eu Leevi and the Leavings et Eppuu Normaalli en Finlande. C’est un chauffeur de poids lourd qui m’a fait cadeau de la cassette de Paula Abdul pendant qu’on traversait la Grèce vers Istanbul. En Pologne, Agneska m’a fait écouter Maanam dans le train qui nous menait à Krakovie et son frère Nikolaï m’a initié à Behemoth… Il y en a eu bien d’autres dont j’ai, évidemment oublié les noms.

Allez, pour le plaisir, voici les paroles de deux chansons de Philippe Lavil qui m’ont si souvent permis d’avancer ou au contraire, de prendre mon temps.

Elle tricotte des pulls pour personne

Philippe Lavil - Elle tricotte des pulls pour personne (c) RCA

Parmi les chansons qui me reviennent encore en mémoire aujourd’hui, “Elle tricote des pulls pour personne” me faisait marcher vite.

Elle rate l’avion de ligne de la Koweit
Mais, comme tu l’imagines, elle loue un jet
Nous, on la branche direct avec Wall Street
D’où elle sauve une holding de la faillite

Ce soir elle dort à Londres ou à Berlin
Dans les Hilton du monde flotte son parfum
Des playboys de hasard auront croisé
La soie de ses bas noirs sur sa peau bronzée

Même Francois Mitterrand vous dirait d’elle
Que c’est un Bernard Tapie en Chanel
Mais côté love story j’vous demande pardon

Elle tricote des pulls pour personne

Même Margaret Thatcher vous dirait d’elle
Que c’est une super lady en dentelle
Elle tutoie les taxis, vouvoie Elton
 Elle tricote des pulls pour personnePuis elle transite du dollar au Mozambique
D’où elle vend du caviar aux Soviétiques
Elle fait Paris-Dakar en solitaire
Histoire d’écrire l’histoire à sa manièreMême Francois Mitterrand vous dirait d’elle
Que c’est un Bernard Tapie en Chanel
Mais côté love story j’vous demande pardon
Elle tricote des pulls pour personneMême Margaret Thatcher vous dirait d’elle
Que c’est une super lady en dentelle
Elle tutoie les taxis, vouvoie Elton
Elle tricote des pulls pour personne

Interprète : Philippe Lavil

Paroliers : Didier Barbelivien

Une balade en bateau

Philippe Lavil - Une balade en bateau (c) RCA

Cette chanson avait une cadence plus lente. Cela me permettait de récupérer un peu, d’aborder des montées abruptes ou d’effacer ces longues lignes droites qui n’en finissent pas sans trop y penser.

On était partis faire une balade en bateau
Elle m’a dit tu devrais emporter un chapeau de paille
C’était le trois juillet vers onze heures du matin
L’horizon ressemblait à un dessin de carte postale

John parlait des poissons, je regardais au loin sur l’océan
Et le bruit du moteur l’obligeait à crier de temps en temps
Elle était juste auprès de moi décoiffée par le vent

On a trouvé une crique à l’heure du déjeuner
En quittant le bateau elle s’est accrochée à mon bras
J’ai pêché des oursins, la mer m’a fait du bien

John m’a dit en riant: J’ai grillé du requin pour toi

J’ai bu du vin rosé, on entendait crier les goélands
Plus tard on s’est baignés à l’heure où le soleil était brûlant
Elle était juste auprès de moi mouillée par l’océan

On est restés longtemps allongés sur le sable
A regarder le ciel à écouter danser les vagues
En ramassant son sac elle m’a dit sois gentil
Allume une cigarette et restons un peu sur la plage
John et Marie disaient qu’ils avaient pris un coup de soleil dans le dos
Elle m’a tendu les mains pour l’aider à monter sur le bateau.
Elle était là tout contre moi sa peau contre ma peau.
On était partis faire une balade en bateau
Elle m’a dit tu devrais emporter un chapeau de paille

Interprète : Philippe Lavil

Paroliers : Didier Barbelivien

♦ Les liens contenus dans ce site renvoient vers Wikipedia ou le site oficiel des groupes et chanteurs cités.

Suivez-moi

2 Replies to “La musique donne le rythme et allège la solitude”

  1. Plus de baladeur et de casque….juste mes écouteurs bluetooth et qu’importe la distance à parcourir…. Je marche au son de la musique. Petit bémol si j’ose dire…La personne qui va me croiser m’entendra chanter en même temps. Mais jusqu’à présent , je n’ai pas encore fait pleuvoir…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.