Fruits rouges (c) Wikipedia

Les fruits rouges, amis des marcheurs

Printemps et été, saisons des fruits rouges. Délicats à transporter dans un sac à dos, ils sont néanmoins bienvenus dans l’alimentation du marcheur.

En un coup d’œil

La plupart des gens considèrent les fruits comme de simples desserts. Ils sont comparés à une friandise que l’on consomme pour apaiser une petite faim. “Un truc qui ne fait pas grossir, qui apporte des vitamines, mais qui ne nourrirait pas vraiment, ne tiendrait pas au corps et ne suffirait pas à un travailleur de force”, indique France Guillain, spécialiste de l’alimentation, dans son ouvrage “Le Miam-Ô-Fruits” aux éditions du rocher. Rares sont les individus qui considèrent leur vraie valeur nutritive.

Qu’entend-on par fruits rouges ?

Même si elles arborent des coloris qui tirent plus vers le violet ou le noir, les myrtilles, cassis, mûres… sont considérés comme des fruits rouges. Ils font bonne figure et partagent les principales “propriétés santé” que les fraises, cerises, groseilles et autres framboises…

400 grammes de fruits par jour

De nombreuses études sérieuses montrent que la quotidienne consommation de fruits est bonne pour la santé et pour la ligne. Il est même conseillé d’en manger 400 grammes par jour et par personne. “Encore faut-il bien les mâcher et les ensaliver. N’oubliez pas que bien mastiquer les aliments permet au cerveau d’analyser ce qui entre dans l’organisme et d’organiser l’absorption efficace des nutriments. En plus, l’exercice que cela induit permet de garder un visage bien structuré […], une mâchoire et des dents en bonne santé”.

Des partenaires santé à bon prix

Ce qu’il y a de bien avec les fruits rouges, c’est que l’on est en présence de véritables partenaires santé. Excellents au goût; ils sont bourrés d’antioxydants. Des molécules, comme les carotènes et les polyphénols, se trouvent exclusivement dans les fruits et les légumes. Elles ont la faculté d’empêcher les réactions délétères provoquées par les radicaux libres dans l’organisme. En plus, elles aident à renforcer les barrières immunitaires. Consommé en saison, les fruits rouges sont bon marché et peuvent être servis chaque jour à volonté.

La cerise, le diurétique de l’été

Cerises (c) Jacek Dylag (Unsplash)Riche en potassium, la cerise est diurétique. Soyez attentif à ne pas en abuser pendant l’exercice si vous ne disposez pas d’assez d’eau pour vous hydrater. Riches en fibres, celles-ci stimulent le fonctionnement intestinal. Elle contient, par ailleurs, des polyphénols antioxydants qui protègent nos cellules des maladies dégénératives. Elles se conservent assez bien dans un contenant en plastique placé en haut du sac à dos. Avec un goût que je trouve exquis, la cerise est un de mes péchés mignons. Dommage qu’elles soient parfois très chères en Belgique.

La fraise, utile dans la prévention du cancer

Fraises (c) Oliver Hale (Unsplash)Prenons la fraise, par exemple. En plus de tous les bienfaits liés à la composition des fruits, elle neutralise les nitrosamines. Ce sont des substances – cancérigène sur de nombreux organes – que l’on retrouve, après dégradation dans le tube digestif, des nitrates utilisés comme conservateurs dans la charcuterie. Particularité, elles possèdent un pouvoir antioxidant et ne contiennent que très peu de calories.

En ce moment, je me fournis à la Ferme Étienne à Oleye. Les fraises sont excellentes et c’est un producteur de mon village, donc j’y vais à pied. Achats Zéro Carbone !

La framboise est anti-inflammatoire

Framboises (c) Milan Seitler (Unsplash)Le framboisier offre un fruit d’une rare délicatesse de juin à septembre. Les variétés non remontantes se récoltent en juin, tandis que les espèces remontantes seront mûres en juillet et en septembre. Les polyphénols de la framboise possèdent des vertus anti-inflammatoires assez larges. Ce qui la rendrait efficace dans la prévention du diabète.

Les groseilles favorisent le transit

 Groseilles (c) Vasile Taranovici (Unsplash)On récolte les groseilles de fin-juin jusqu’au mois d’août pour les plus tardives. Avec une bonne dose de fibres, la groseille devient un des remèdes naturels des plus efficaces contre les problèmes de transit et la constipation. À consommer sans modération donc…

Les mûres, amies des marcheurs et des coureurs

Mûres (c) Monika Grabkowska (Unsplash)La mûre est un allié du système immunitaire par ses propriétés antioxydantes renforcées. Elle aide aussi à se protéger des maladies cardio-vasculaires. Grâce aux flavonoïdes, elle favorise la circulation sanguine. La mûre permettrait même d’abaisser le taux de mauvais cholestérol. De toutes les façons, elle participe au maintien d’une alimentation équilibrée. En plus, elle est bourrée de vitamine C et E. Quand on sait qu’au bord de nombreux sentiers on peut cueillir des mûres sauvages… Attention cependant de ne pas prélever plus que ce que vous pouvez consommer et de respecter la propriété d’autrui.

Myrtilles, l’antioxydant miracle

Myrtilles (c) Corey O'Connel (Unsplash)De juillet à fin septembre, les myrtilles abondent dans les zones de moyenne montagne. Arbrisseau de terre de bruyère, le myrtillier a besoin d’ombre, c’est pourquoi on le rencontre essentiellement dans les sous-bois. La myrtille sauvage est le plus goûteuse. Excellente pour combattre le vieillissement de l’organisme, la myrtille est le fruit antioxydant par excellence puisqu’il referme plus d’une vingtaine de molécules différentes.

La bonne surprise

La très bonne nouvelle, c’est que les fruits rouges congelés conservent leurs propriétés intactes. Ils sont simplement moins appétissants. Quelle que soit la saison, n’hésitez pas à piocher au congélateur pour confectionner des smoothies, milk-shakes ou à les incorporer dans des salades pour accompagner de fruits de saison.

Et le potassium alors, on l’oublie ?

Dernière bonne surprise, en fonction des variétés considérées, les fruits rouges apportent de 5 à 20 % des besoins journaliers en potassium. Une aubaine pour le marcheur au long court. De quoi lui permettre de lutter contre les crampes, l’hypertension et la fatigue.

Alors, pourquoi se priver ? Une petite pause chez un marchand de fruits, dans une ferme où l’on peut récolter soi-même les fruits convoités ou à un étal croisé sur un marché et hop on fait le plein de santé en un clin d’œil.

Suivez-moi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.