Bill Bryson (c) Alan Levine (Flickr)

Bill Bryson ne laisse pas indifférent

Bill Bryson ne laisse pas indifférent. Son humour et sa bonne humeur me font du bien. Il propose de parcourir le monde à travers ses mots. J’adore, mis je le trouve parfois méchant et injuste.

En un coup d’oeil

En matière de voyages, Bill Bryson en connaît un rayon. Arrivé en Angleterre en 1973, il y rencontre l’infirmière qui allait devenir son épouse. À partir de là, il partage sa vie entre le Royaume et les États, tous unis. Sans oublier qu’il a aussi parcouru le monde pour aller voir d’autres paysages. Ses récits de voyage sont tous amusants à lire. Entre analyse au vinaigre des comportements humains, autodérision et raillerie du tourisme, il brocarde la bêtise, encense ses amis… Personnellement, je trouve qu’il est parfois injuste pour le plaisir d’une belle tournure ou d’une anecdote caustique. Mais ses écrits sont si passionnants qu’on lui pardonne tout.

Double nationalité

Bill Bryson (c) The National Churches TrustComme moi, William “Bill” Bryson est né le huitième jour du mois, mais lui, c’était en décembre et bien des années avant que je ne pousse mon premier cri. C’était en décembre 1951 à Des Moines dans l’Iowa. Journaliste et écrivain il possède, entre autres particularités, l’avantage d’avoir la double nationalité américaine et britannique.

Parfois injuste

Mon avis : J’ai du mal à cataloguer l’auteur. C’est vrai qu’il fait partie de mes auteurs préférés, mais parfois il m’agace. Passer du temps dans un ouvrage ou un article de Bryson, c’est la promesse d’un joli moment de distraction. J’aime son écriture à la fois gentille et moqueuse. Mais son côté négatif pour le plaisir de casser “du mythe” m’irrite parfois.

Bien sûr, il y a des vérités que tout voyageur-narrateur qui se respecte doit transmettre à ceux qui le lisent, mais je trouve parfois que l’ami Bill voit les choses d’un œil plutôt noir, voire gratuitement méchant. Et je ne parle pas de ses rapports avec les imbuvables croisés dans un train, les fumeurs de la table voisine ou les insipides de comptoirs rencontrés dans les nombreux pubs qu’il a écumés… Tous ces mots, ces paragraphes je les lui accorde sans difficulté et je les partagerais même volontiers.

Non, je veux souligner la part méchante qu’il utilise par exemple pour décrire Canberra dans “Nos Voisins du Dessous” ou les lieux qu’il décrit avec cruauté dans “Motel Blues”. Peut-être ne suis-je pas assez “britannique” pour comprendre. En tout cas si j’ai la chance de le rencontrer un jour, je lui poserai la question.

Touche à tout

Foin de mon avis, revenons-en au cas Bryson… Il faut lui attribuer un redoutable et immense talent à s’exprimer à propos de tout et de rien… Il a vécu la majorité de sa vie d’adulte au Royaume-Uni. Ceci explique peut-être cela, mais ce n’est pas une excuse ! En tout cas, il raconte très bien son attachement à son pays d’adoption dans “Des cornflakes dans le porridge”, un voyage de six semaines à travers un pays qui l’étonne (souvent), le fascine (encore à ce jour dit-il) et le désarçonne (parfois).

palemo.net LIVRES - Bryson, Bill - Cornflakes
palemo.net LIVRES - Bryson, Bill - Promenons-nous

Outre des récits de voyage traités sur un ton humoristico-caustique il a aussi écrit un remarquable ouvrage de vulgarisation : “Une histoire de tout, ou presque…”, reconnu par la société scientifique. Plus controversés par les spécialistes, quelques livres et essais traitant de la langue anglaise lui ont quand même valu de faire partie d’une “élite” de spécialistes. Quel que soit le sujet, il fera toujours en sorte d’émailler son propos de tirades attrayantes et drôles. Comme quand il nous dresse le portrait historique du monde et des inventions modernes en parcourant les pièces de sa maison anglaise dans “Une histoire du monde sans sortir de chez moi”.

Témoin de son époque

En somme, son érudition, son passé de journaliste, son caractère plutôt “tête en l’air” lui permettent de passer partout sans trop se faire remarquer. Des caractéristiques qui lui permettent ‘être un témoin vigilant et de dresser un portrait assez juste des 30 dernières années. (Je pourrais écrire 40, mais comme je souhaite vraiment le rencontrer, je reste discret sur sa… maturité)..

Bibliographie

Récits de voyage

  • The Palace Under the Alps and Over 200 Other Unusual, Unspoiled, and Infrequently Visited Spots in 16 European Countries (1985).
  • The Lost Continent: Travels in Small-Town America (1989) – traduit en français sous le titre “Motel Blue”s, Payot, coll. “Petite Bibliothèque Payot/Voyageurs” n° 260, 2003 .
  • Neither Here Nor There: Travels in Europe (1991) (Un tour de l’Europe qui n’a pas encore été traduit en Français).
  • Notes from a Small Island (1995) (tour de Grande-Bretagne ; ce livre a fait l’objet d’une série télévisée britannique en 1998) – traduit en français sous le titre “Des Cornflakes dans le Porridge”.
  • Un Américain chez les Anglais, Payot, coll. “Voyageurs Payot”, 2016.
  • A Walk in the Woods: Rediscovering America on the Appalachian Trail (1998) – traduit en français sous le titre Promenons-nous dans les bois, Payot, coll. “Petite Bibliothèque Payot/Voyageurs” n° 922, 2013.
  • Notes From a Big Country (titre britannique)/I’m a Stranger Here Myself: Notes on Returning to America After Twenty Years Away (titre américain) (1999) – traduit en français sous le titre “American Rigolos, chroniques d’un grand pays”, Payot, coll. “Petite Bibliothèque Payot/Voyageurs” n° 467, 2003.
  • Down Under (titre britannique)/In a Sunburned Country (titre américain) (2000) – traduit en français sous le titre “Nos voisins du dessous : Chroniques australiennes”, Payot, coll. “Petite Bibliothèque Payot/Voyageurs” n° 554, 2005.
  • Bill Bryson’s African Diary (2002).
  • The Road to Little Dribbling: More Notes From a Small Island (2016).

Biographie

  • blankShakespeare: the World as a Stage (2007) – ”Shakespeare. Antibiographie”, Payot, coll. “Petite Bibliothèque Payot” n° 851, 2012

Études linguistiques

  • The Mother Tongue: English and How it Got That Way (1990).
  • Made in America: An Informal History of the English Langage in the United States (1994).
  • Bryson’s Dictionary of Troublesome Words (2002).

Vulgarisation scientifique

  • A Short History of Nearly Everything – traduit en français sous le titre “Une histoire de tout, ou presque…”, Payot, coll. “Petite Bibliothèque Payot” n° 851. Édité en Français en 2012.
  • A Really Short History of Nearly Everything (2008) (version de l’ouvrage précédent destinée à un jeune public, non traduit en français).
  • At Home: A Short History of Private Life (2010) – traduit en français sous le titre “Une histoire du monde sans sortir de chez moi”, Payot, coll. “Petite Bibliothèque Payot” n° 1012, 2012.

Autobiographie

  • The Life and Times of the Thunderbolt Kid: A Memoir (2006) – traduit en français sous le titre Ma fabuleuse enfance dans l’Amérique des années 1950, Payot, coll. “Petite Bibliothèque Payot” n° 775, 2010.

(Bibliographie réalisée avec l’aide de Wikipedia)

Suivez-moi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.