Quartier des musées Amsterdam (c) Alain Demaret

Amsterdam, un bonheur à partager

Amsterdam, un bonheur à partager à deux, ça vous tente ? La capitale des Pays-Bas est une des destinations les plus sympas. Voici quelques trucs et astuces pour optimiser votre séjour.

En un coup d’œil

Malgré son statut de capitale des Pays-Bas, Amsterdam est une ville agréable et aérée. On ne s’y ennuie jamais. La ville regorge d’activités, d’attractions et de musées. Il y a aussi pas mal de parcs et des boutiques pour le shopping. Le truc sympa, c’est qu’on peut presque tout faire à pied. Amsterdam, c’est un bonheur à partager à deux ou plus si affinités.

Outre un côté assez compact, la cité se distingue par une offre de mobilité très intuitive. Trams, bus, trains et ferries se relaient pour conduire le visiteur au gré de ses visites. Petit truc sympa, un abonnement aux transports en commun est compris dans le forfait “I AMsterdam City Card“.

Prendre le Corona Virus en compte

En raison de restrictions liées à cette foutue maladie qui nous enquiquine tous, il est nécessaire de réserver chaque visite sur le site internet de l’attraction convoitée. Le personnel chargé du contrôle est rigoureux, même si la plupart du temps les instructions sont données avec un sourire bienveillant.

La gare Amsterdam Centraal (c) Alain DemaretPour une fois, je voyageais avec ma chérie. Nous sommes arrivés en train de bon matin. À pied, au départ de la gare Amsterdam Centraal, il nous a fallu moins d’une heure pour rejoindre le site du Rijksmuseum.

Église Saint Nicolas (c) ALain Demaret
The Amsterdam Dungeon (c) AlLain Demaret
Passage insolite (c) Alain Demaret
Palais Royal (c) Alain Demaret

Avec en prime une découverte de la ville et des monuments du Damrak et de Rokin, deux des artères et quartiers les plus importants. Ce fut l’occasion de prendre quelques photos de ces belles façades typiques. Nous avons ensuite bifurqué vers le Spui avant de rejoindre le Spiegelgracht et d’avoir une jolie vue sur le principal musée des Pays-Bas.

Mésaventures et belles rencontres

Lors de la prépation de ce city trip, j’avais prévu de parcourir le Rijksmuseum dès le premier jour. Eh bien ce ne fut pas possible. En raison de la pandémie de Corona Virus, il faut réserver chaque visite. Ce que j’ignorais totalement. Comme je dispose d’une City Card l’entrée au Rijks est incluse dans le forfait. J’essaie de m’enregistrer pour l’après-midi même. Pas de chance ! Le site de réservation en ligne ne veut rien entendre, c’est complet. Pourtant il reste des places, mais elles sont dévolues aux opérateurs de tourisme qui se multiplient sur le marché. Je n’obtiens pas de créneau sauf si je paie à nouveau ma place.

Rijksmuseum Amsterdam (c) Alain DemaretCe n’est pas utile d’essayer de faire le forcing, mais rien n’y fait. Je tiens à remercier Theodore M., gardien au Rijksmuseum, pour sa patience à nous montrer comment apprivoiser le site du musée afin de réserver un slot à 9 h le lendemain de notre arrivée. Le tout en s’occupant du public de passage. Bravo et merci à lui pour sa jovialité. En plus il parle le français comme un Parisien et ne se départit jamais de son étonnante bonne humeur.

Je raconte cette mésaventure pour que vous ne soyez pas pris au dépourvu. Pour gagner du temps, la visite se prépare bien à l’avance. Et même si vous n’avez pas encore votre City Card, vous pouvez déjà réserver vos visites en choisissant cette option dans les menus des attractions sélectionnées.

Parcs et édifices insolites

Malgré une urbanisation assez dense le long des canaux, Amsterdam est une ville aérée. Partout il y a des arbres, de la verdure et des fleurs. Sans oublier les parcs qui émaillent la capitale. Le Vondelpark est le plus grand espace vert d’Amsterdam. Avec ses larges pelouses et ses plans d’eau, il est très prisé. Certains viennent y faire du sport ou une balade avec le chien. D’autres profitent du beau temps pour piqueniquer, lire ou se détendre. Non loin de là, l’Esplanade des Musées offre aussi une jolie étendue propice à la flânerie ou pour patienter entre deux visites.

Le"VisBrodje", le must de la street food (c) ALain DemaretPour organiser notre après-midi, le musée de la Marine semble être un bon choix. Comme il n’est pas trop loin de la gare, ce sera facile de traverser l’Amstel pour rejoindre notre hôtel. Après un sandwich au poisson, le must de la street food amstellodamoise, nous marchons en direction du fleuve.

Le "Dentier d'Amsterdam" (c) Alain DemaretChemin faisant, nous passons devant le “dentier d’Amsterdam”. En réalité, il s’agit d’un bâtiment moderne, imposant et polyvalent. Il renferme à la fois la Mairie de la ville, l’Opéra des Pay-Bas et le corps de Ballet National. Rien que ça ! Il doit son surnom aux murs blancs et à la forme circulaire d’une partie du corps de l’édifice.

Le Musée de la Marine

Le musée de la Marine est installé dans d’anciens entrepôts. Riche de plus de 400.000 objets, il s’agit d’une des plus importantes collections maritimes au monde. D’une part, la muséographie retrace l’importance de la marine comme témoin de la puissance des Pays-Bas.

Le musée de la Marine (c) ALain Demaret D’autre part, elle expose un impressionnant déballage de peintures, de maquettes de bateaux, d’instruments de navigation et de cartes du monde.

Maquette de bateau au Scheepvaartmuseum (c) Alain Demaret

Kattenburgplein 1 – www.hetscheepvaartmuseum.nl

La maison d’Anne Franck

Maison d'Anne Frank (c) Wiki CommonsJe pense qu’il est indispensable, quand on passe par Amsterdam, de voir la maison d’Anne Franck. Malheureusement, nous n’avons pas pu accéder à ce lieu de mémoire collective. Je ne m’attendais pas à un tel engouement, je pensais qu’il suffirait de se présenter à l’entrée pour faire la file. Que nenni ! En fait, il est indispensable de réserver les billets en ligne pour une plage horaire spécifique. En plus, vu le conjoncture, il faut s’y prendre longtemps à l’avance pour avoir une chance de la visiter.  Voici le lien du site pour commander des billets :  www.annefrank.org. Le ticket vous coûtera 10,50€.

Magie d’une croisière de nuit

Après avoir sillonné la ville à pied durant la journée, nous avons profité d’une croisière de nuit pour voir la ville sous un autre angle. Avec près de 100 km de canaux et près de 250 ponts, nous avions de quoi faire. C’est sur un bateau de la compagnie Lovers que nous avons pris place vers 21h30. L’obscurité est là et les lumières de la ville offrent une ambiance plus intimiste à la cité qui ne dort pas pour autant.

Lovers Cruise (c) Alain Demaret
A'Look Out de nuit (c) Alain Demaret
Enfilade de ponts de nuit (c) Alain Demaret
Magere Brug vu dans un James Bond (c) Alain Demaret
Lovers Cruise (c) Alain Demaret (c) Alain Demaret
20200905_212449

Installés à quelques centimètres à peine de la surface de l’eau, nous avons pu bénéficier d’un tout autre regard sur les façades éclairées, sur les monuments au bord de l’eau. Jusqu’au pont blanc, le Magere Brug, rendu célèbre par un des films de James Bond, “Les Diamands sont Éternels” où l’ouvrage d’art sert d’arrière-plan à l’une des plus célèbres scènes d’action du film.

Une chose est surprenante lorsque l’on se balade sur les canaux, ce sont toutes les péniches habitées. Péniches en bois, en métal et même en béton, plateformes flottantes, il y aurait environ 2.500 logements amarrés tout au long des quais. Le plus surprenant c’est que la plupart de ces “bâteaux-maison” sont raccordés à l’eau, aux égouts et à l’électricité comme un logement normal.

Façades penchées

Pendant que nous déambulons le long des canaux, je me souviens d’une anecdote entendue à la télé “Certaines maisons, à Amsterdam, sont penchées, cela est dû à l’enfoncement des façades à cause de la proximité des canaux”, prétendait le présentateur. Eh bien, ce n’est qu’en partie vrai. Lors de la construction de la ville, on plantait des piliers de bois dans le sol pour stabiliser les fondations des maisons, elles aussi en bois. Ce sont ces ce sont ces façades-là qui se sont enfoncées, mais il y a de cela bien longtemps. Lors des constructions en dur, les bâtisseurs ont décidé de pencher les façades pour plusieurs raisons.

  • Conserver l’alignement avec les anciennes maisons en bois encore présentes;
  • Éviter que la pluie et les embruns ne détériorent les pierres utilisées pour décorer le devant des maisons.
  • Autre avantage, il est plus facile de déménager avec une façade penchée. Si on lève le nez, on observe de nombreuses poulies qui dépassent des toitures. Ce ne sont pas des éléments de décoration, ces poulies ont une fonction pratique. C’est grâce à elles que les habitants font passer les meubles lors des déménagements. La corde étant déportée vers l’avant, il est plus facile de monter les meubles sans heurter la brique de parement…

Prêts pour une nouvelle journée

Le Botel amaré au NDSM Pier (c) Alain DemaretAprès une bonne nuit passée au Botel, un hôtel amarré au quai du NDSM Pier. Pas très sexy, mais avec une vue sur l’eau assez bluffante. Aucun regret, même si l’infrastructure est très basique.

Le Rijksmuseum

Un incontournable à Amsterdam, c’est le Rijksmuseum. Comme pour le Louvre et le British Museum, ne soyez pas déçu de votre visite si vous restez sur votre faim, il y a tellement de choses à voir. Pour cette première visite, nous avons délibérément choisi de ne pas passer à certains endroits. Nous nous sommes concentrés sur les plus belles pièces. Comme les œuvres de Vermeer zet sa célèbre “La laitière” ou Van Gogh et son ” Autoportrait. Nous nous sommes attardés sur les périodes du Moyen-Âge et de la Renaissance.

Wilhelm Vande Velde II - Bateau néerlandais sur une mer calme
Johannes Vermeer - De Melkmeid
Vincent Van Gogh - Autoportrait en 1887

Le musée présente la plus grande collection au monde d’œuvres de Rembrandt van Rijn, le maître de l’âge d’or néerlandais. On peut notamment y voir la restauration du tableau “De Nachtwacht”.

Rembrandt - De Nachtwacht (c) Rijksmuseum

Bien entendu, si vous faites un long séjour dans la capitale néerlandaise, pensez à réserver une à deux journées pour tenter de tout voir. Pour ma part, je sais que je reviendrai dans ce musée. J’ai donc fait un choix. Sans voir le temps passer, mon amoureuse et moi avons quand même passé quatre heures dans ces murs prestigieux.

Musée Van Gogh

Ce n’est pas mon musée préféré. L’accueil y est… Comment dirais-je ? Un peu barbare. Notre billet était prévu pour 13 h 30. Nous nous sommes présentés à l’entrée un peu en avance… Le ton fut sec et sans appel… “Revenez à l’heure indiquée sur le billet”. Le gars à l’entrée était sans doute mal luné. Enfin ! C’est le seul bémol de cette visite.

Jardin avec couple d'amoureux au square Saint-Pierre (1887)Une fois à l’intérieur, je conseille vivement la location d’un audioguide (3 €). Les anecdotes et la vie de Vincent Van Gogh sont mises en rapport avec les œuvres majeures. Sans la “petite boîte qui parle”, une petite heure est amplement suffisante pour faire le tour du musée. Avec les commentaires, nous avons profité de notre visite pendant plus de deux heures sans jamais nous lasser.

La chambre de Van Gogh à ArlesLe parcours permet de découvrir comment le regard que Van Gogh portait sur le monde a change la perspective. Il voyait au-delà des choses, expérimentant les techniques pour se rapprocher le plus possible de sa vision à lui. Imprimant le beau là ou d’autres ne voient que de l’ordinaire.

Van Gogh - Amandier en fleurUne vraie découverte et une prise de conscience. Vous savez un truc que l’on sait, mais qu’un événement doit réveiller pour que l’on s’en souvienne. Vraiment, une belle visite, mais la scénographie du musée est assez fatigante.

Un retour est déjà prévu

Ah, Amsterdam, tu nous en a déjà tant donné… mais ce n’est qu’une petite mise en bouche tellement il y a de choses à voir. Ce départ n’est qu’un au revoir. La prochaine fois nous irons voir la maison de Rembrandt, où l’artiste a vécu et travaillé pendant près de 20 ans. Nous prendrons le temps de réserver des billets bien à l’avance afin de pouvoir visiter la maison d’Anne Franck. Nous irons faire de la balançoire à plus de 100 m de haut sur l’A’Dam Lookout. On flânera de nouveau le long des canaux à la découverte des coins insolites de la ville. Nous irons au marché aux fleurs… L’Hermitage Amsterdam est un autre des grands musées de la ville. Il offre un échantillon de chefs-d’œuvre de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.

 

Infos pratiques

Le vélo est prioritaire

Vélo à Amsterdam (c) Jordi Moncasi (Unsplash)Avec plus de 600.000 bicyclettes en ville, on comprend vite que le vélo est le moyen de transport privilégié des Amstellodamois. Le deux-roues a d’ailleurs la priorité, même sur les piétons. C’est donc aux marcheurs de faire attention.

Il y a des vélos partout. Près de la gare, on trouve des emplacements où les petites-reines sont rangées ou stockées sur deux ou trois niveaux.

Le vol de vélo est, de loin, le premier délit constaté par la police avec plus de 60.000 plaintes par an !

Arriver en train

En train à Amsterdam (c) Alp Ancel (Unsplash)La capitale des Pays-Bas est accessible en train, en avion et en voiture ou en bus. Il y a aussi le bateau, mais c’est plus anecdotique.

En provenance de Belgique, le plus facile, c’est le train ou le bus. Le Thalys relie Bruxelles à la Venise du Nord en moins de deux heures.

Sinon il y a un train par heure vers Maastricht au départ de Liège (35 minutes) et pas moins de quatre liaisons par heure entre Maastricht et Amsterdam (2 h 20).

Suivez-moi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.